Les Delhaize, des frères épiciers visionnaires !

Vous l’ignorez sans doute, mais l’an 1867 a changé à tout jamais la face du commerce alimentaire en Belgique. Un professeur devenu épicier, Jules Delhaize, a inventé le concept de la distribution moderne. Avec ses frères, il ouvre une chaîne de succursales et bâtit bientôt un empire financier dont le Lion devient l’emblème. Dans son ouvrage « Delhaize et les Belges, 150 ans de complicité » paru aux éditions Weyrich, Emmanuel Collet en raconte les plus belles aventures…

Épicier, mais pas au petit pied !

En cette deuxième moitié de XIXe siècle, à Ransart, bourgade située non loin de Charleroi, Jean-Jacques et Joséphine Delhaize s’affichent en prospères commerçants dans le domaine du charbon et du vin. Toute leur vie durant, ils ont beaucoup travaillé pour offrir à leurs enfants, dix garçons et une fille, une excellente éducation, avec la volonté de les voir s’élever dans la hiérarchie sociale. Diplôme en poche, l’armée ou l’enseignement tendent les bras à leur progéniture. Et pourtant, sept de leurs enfants choisissent de rester dans le domaine de l’épicerie ! Adolphe Delhaize ouvre ainsi un premier magasin en 1866. Jules, l’aîné de la fratrie, est également intéressé par le commerce alimentaire mais, pétri d’ambition et de modernité, en caresse une vision d’une tout autre ampleur…

Delhaize et les Belges 150 ans de complicitéEh oui, jusqu’alors, la ménagère achetait essentiellement ses produits frais au marché, ce lieu de rassemblement à l’extérieur qui fleurit depuis des temps immémoriaux au cœur des villes et villages. Les denrées plus rares, elle les dénichait dans des boutiques, souvent mal éclairées et mal agencées et où, pour ne rien gâcher, les prix se négociaient bien souvent à la tête du client ! Inspiré par les récents réseaux de distribution alimentaire britanniques mais aussi par le magasin ouvert par un certain Félix Pottin, à Paris, dans lequel l’épicier sert ses propres produits pour être plus compétitif, séduit également par ce lumineux et aéré « Bon marché », temple du non alimentaire ouvert à Bruxelles et couru de toute la bonne société, Jules Delhaize a développé sa propre conception de l’épicerie. Le jeune professeur en sciences commerciales à l’Athénée royal de Bruxelles se verrait bien créer un système intégré de distribution alimentaire à succursales multiples, au départ d’un dépôt central. En diminuant au maximum le nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur, il pourra obtenir des prix compétitifs et mettre à la portée du client les meilleures marchandises aux meilleurs prix – affichés ! – dans des magasins impeccables et lumineux, renseignés par un personnel bien formé. Épicier, oui, mais pas au petit pied !

Pierre De Vuyst pour Soir mag, 26/12/2017

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site du Soir mag:

http://soirmag.lesoir.be/131128/article/2017-12-26/les-delhaize-des-freres-epiciers-visionnaires

Partager :