Le polar carolo de l’été vient de paraître – DH.be

“Morts sur la Sambre” est le second policier de Francis Groff.

Au cours de sa vie de journaliste, Francis Groff a publié une douzaine de livres on lui doit récemment “Du sang jaune dans les veines” qui retrace l’histoire de l’usine Caterpillar à Gosselies. L’auteur s’est mis au roman sur le tard, et avait signé en 2017 un premier polar paru aux éditions Dricot, “L’homme qui écrivait au crayon”.

Le deuxième vient de sortir : “Morts sur la Sambre” se situe dans des décors 100 % carolos. Il participe au lancement de la collection “Noir Corbeau” des éditions Weyrich (lire ci-contre). Cette nouvelle aventure littéraire a débuté voici un an et demi, quand l’éditeur l’a contacté pour l’intégrer dans son projet. Il fallait créer un personnage d’enquêteur pour en faire le héros d’énigmes policières en Belgique : Stanislas Barberian est né. Bouquiniste spécialisé en livres rares, il se trouve mêlé par le hasard d’une rencontre avec un collectionneur au décès accidentel d’un juge d’instruction.

L’affaire se passe à Landelies en bordure de la Sambre. En se rendant sur les lieux tragiques avec son hôte qui habite à deux pas, Stanislas va relever des indices qui ont échappé aux inspecteurs de la PJ. Et tirer le fil d’une pelote de laine qu’il va complètement débobiner sur 276 pages. Car ce n’est pas un accident, mais un assassinat.

Pour construire son récit et imaginer les personnages, l’auteur s’est nourri de son vécu : “les journalistes sont des éponges”, raconte-t-il. Au cours de leur carrière, ils sont appelés à voir des choses et à faire des rencontres qui imprègnent leur mémoire. Je me suis servi de ça pour élaborer la trame de mon intrigue. Dans “Morts sur la Sambre”, il emmène le lecteur à la découverte de lieux qui lui sont chers : le château de Cartier où a séjourné Marguerite Yourcenar, le bateau chapelle Spes Nostra de Marchienne dont il restitue le fidèle décor, les intérieurs de maisons de bateliers et de notables.

Au cours de ses investigations, le bouquiniste croise une ex-épouse mutique, des truands violents, des escortes girls, des policiers aux comportements étranges et une magistrature qui n’aime pas être percée à jour. Disponible en librairie au prix de 19 euros.

Du Masque au Corbeau

La collection du Masque, c’est la plus ancienne des collections françaises de polars, elle est née en 1937. Elle avait été inaugurée avec un roman d’Agatha Christie, le meurtre de Roger Ackroyd. Les éditions Weyrich se sont inspirées des couvertures jaunes marquées par le masque pour créer celles du Noir Corbeau. Un graphisme sobre, sans photo, avec des lettres noires sur fond jaune vif et la silhouette de l’oiseau. Trois auteurs ont été choisis pour alimenter la collection d’énigmes policières, à raison de deux romans par an. Ziska Larouge, Christian Libens et Francis Groff. Ce dernier était le seul à ne pas encore avoir publié chez Weyrich. Les trois premiers livres viennent de sortir en librairie. Avec son personnage du bouquiniste, Groff fera baigner chacune de ses enquêtes dans l’atmosphère des vieux livres.

D.A.

Article paru le 2 juin 2019, https://www.dhnet.be/regions/charleroi/le-polar-carolo-de-l-ete-vient-de-paraitre-5cf3d7edd8ad580bf0372806

Le roman de Francis Groff est disponible en librairie et sur notre e-shop.

Partager :