Francis Groff, Morts sur la Sambre – AREAW

Joseph Bodson consacre un article à Francis Groff et son roman Morts sur la Sambre.

Un policier de bonne facture, pour les débuts de la collection. Démarrage assez lent, mais assez vite on se sent pris au jeu. Comme le titre l’indique, l’action se passe dans la région de Charleroi et e la Basse-Sambre. Une région tristement célèbre dans les annales judiciaires: après la fermeture des charbonnages et de bien d’autres industries: une population de jeunes gens de toutes origines se trouva désoeuvrée, sans ressources…la suite se devine aisément. La situation est plus saine à présent dans la ville même, mais la criminalité, paraît-il, a migré vers la périphérie et la Basse-Sambre.

Une atmosphère très soft, avec un héros principal qui est un fin lettré, un bouquiniste parti s’établir à Paris, mais qui a gardé ses attaches dans la région carolorégienne, à Mont-sur-Marchienne plus précisément. Et c’est tout un monde familier qui se dévoile à nos yeux: d’une part, le milieu des juges et commissaires, de leurs intrigues en vue de l’avancement, de leurs vices même – mais il ne faut pas généraliser, il en est d’intègres; de l’autre, les gens du commun, vous et moi si vous voulez, mais des vous et des moi de là-bas, avec la Sambre qui est presque, à elle seule, un personnage, avec ses eau lentes, glauques, qui se referment sur deux cadavres. C’est qu’on s’y attache, cette Sambre,, moins polluée aujourd’hui qu’autrefois, moins peuplée aussi de mariniers, des gens rudes mais sentimentaux.

Voilà, le décor est planté, mais rassurez-vous, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire, qui va de rebondissement en rebondissement, et dont le rythme s’accélère progressivement. Cela nous vaut quelques tableaux inoubliables, comme cette église flottante, qui joue un grand rôle dans l’affaire. Les dialogues sont vifs, les gens s’affrontent, des réputations s’effritent, et tout cela nous vaut, à côté du suspense policier, une peinture sociologique très fouillée de la high life carolorégienne, mais aussi de ce petit peuple qui se débrouille comme il peut, dans ces décors en grisaille auxquels il reste attaché, avec des morceaux de souvenirs qui ont bien du mal à former une vie cohérente…

Autres titres parus dans la collection:

Ziska Larouge, La grande fugue; Christian Libens, Le seins des saintes, et Une petite histoire du roman policier belge de langue française.

Pour découvrir ce texte, rendez-vous sur le site de l’AREAW.

Morts sur la Sambre de Francis Groff est disponible en librairie et sur notre site.

Partager :