En forêt, c’est le brame, vous connaissez vraiment ?

Annuellement, la vie du cerf s’organise autour du brame, ses amours si ardentes et brèves. Brame regroupe sous le même mot le cri du cerf – qui s’appelle aussi raire » ou bramement- et sa période de rut, laquelle s’étale du 15 septembre au 15 octobre environ.

Ce n’est pas par hasard si la nature a fixé la période de reproduction chez le cerf à la fin de l’été. À cette époque, l’animal est coiffé de bois neufs et se trouve en pleine cervaison », dans sa meilleure condition physique. D’autre part, comme les biches ont une gestation d’environ deux cent quarante jours, les naissances auront lieu principalement durant le mois de juin, laissant aux faons le temps de se fortifier avant l’hiver.

Le temps du brame - Jean-Luc Duvivier de Fortemps et Jean-Claude ServaisDans les grands territoires de chasse, les cerfs ont, d’instinct, des lieux de prédilection pour passer le rut, de même qu’ils en ont pour jeter leurs mues », puis refaire leurs bois. Ces endroits de brame correspondent le plus souvent à des pâtures enclavées dans la forêt, des coupes à blanc, des futaies claires où les cerfs et leurs harpails » trouvent espace et nourriture.

Le brame se déclare généralement dans la deuxième quinzaine de septembre, mais un refroidissement brutal de la température ou une augmentation de l’humidité ainsi que des causes physiologiques hâter et intensifier son déroulement.

p1180431

LES CERFS BRAMENT POUR SE JAUGER, pour communiquer leurs impulsions, leur agressivité, leurs désirs. Ils brament par émulation.

Ces meuglements très impressionnants, la nuit surtout, personnalisent l’animal qui les émet et préviennent de ses intentions. Le timbre de la voix est souvent en rapport avec l’importance corporelle et l’âge de la bête. Après les échanges de brames, les poursuites éperdues, les provocations, les cerfs qui s’obstinent n’ont plus qu’à s’affronter. Après le combat, le vainqueur s’empare des biches de son rival et les fait entrer dans son harpail.

DANS LA DEUXIÈME SEMAINE D’OCTOBRE, le brame régresse rapidement, puis s’éteint. De mauvaises conditions météorologique – pluies incessantes et vents en rafale – activent ce déclin. Amaigris et aphones, les cerfs oublient leur ardeur amoureuse, et la forêt retrouve sa sérénité légendaire.

« Le temps du brame » de Jean-Luc Duvivier de Fortemps et Jean-Claude Servais est disponible en librairies et sur notre e-shop (FRAIS DE PORT GRATUITS JUSQU’AU 3/10/2016).

Partager :