Collection « Regains », un hommage ambitieux aux œuvres oubliées

La jeune collection née en 2016 compte actuellement cinq volumes : Les affamés de Francis André, Au pays de mon père d’Omer Marchal, Le renard à l’anneau d’or de Nelly Kristink, La Dame du Pont d’Oye de Pierre Nothomb, Cinq histoires de bêtes pour mes cinq fils d’Adrien de Prémorel et Gaume de Jean Mergeai.

Les volumes de la collection Regains frappent au premier coup d’œil le futur lecteur attentif qui parcourt les allées des librairies. Le format, pratique et solide, se manifeste de prime abord par une couverture en carton ondulé sur laquelle apparaît une photo en noir et blanc, une image porte ouverte sur le passé dans laquelle il ne suffit que de plonger pour redécouvrir une époque, des noms, des lieux, des imaginaires et des styles.

Car la collection Regains ne contient pas que des romans, mais accorde aussi de l’importance à d’autres genres du discours, comme les nouvelles, les contes ou les essais historico-littéraires. Le fil rouge de la collection est la volonté de rendre hommage à « des grands de la littérature belge francophone », principalement du XXe siècle et totalement ou partiellement oubliés par les institutions, et de « les remettre à la portée du grand public, notamment pour les moins de cinquante ans », comme le confie Guy Pierrard, gérant de la librairie Oxygène à Neufchâteau et initiateur de ce projet éditorial, en ajoutant que « cette collection nous a paru très complémentaire à Plumes de coq », la collection régionaliste de romans contemporains ancrés en Belgique francophone.

Les regains, ce sont ces herbes qui repoussent après la fauche, c’est ce qui resurgit spontanément de l’oubli, c’est ce qu’il reste à redécouvrir, c’est le retour d’un intérêt qui paraissait décliner. Il s’agit, pour Guy Pierrard, de susciter « un réel réintérêt vers une belle littérature, de terroir, avec des auteurs qui en valent réellement la peine. »

Pour assurer son succès, la collection Regains ne se contente pas simplement de rééditer les livres, mais tient également à accompagner ces publications d’un appareil paratextuel qui permet de tisser un lien fort entre le passé et le présent et assure une bonne réception des textes. Éléments biographiques, photos, préfaces ou postfaces écrites aujourd’hui par des proches ou des membres de la famille de l’auteur disparu, notes critiques et historiques, bibliographies… Chaque ouvrage est un voyage dans l’histoire littéraire belge francophone et accompagne le lecteur dans sa démarche de redécouverte et d’émerveillement. Une collection à valeur ajoutée qui permet une véritable appropriation de l’univers et de l’imaginaire des auteurs réédités, pour la plupart marqués par les thématiques de l’histoire, de l’évolution de la société, de l’enracinement et de la nature.

Guy Pierrard l’affirme, dans sa librairie, où le contact avec les lecteurs est quotidien, « beaucoup de clients sont contents de retrouver de la bonne littérature de chez nous, avec un vrai fond et une vraie qualité d’écriture. »

Une collection à rapidement découvrir, donc, et qui compte s’intéresser à l’entièreté de la Belgique francophone. L’aventure ne fait que commencer et les redécouvertes à venir promettent énormément de surprises !

Louis Mores

Partager :