Les naufragés de l’orage: « Emballant », « une écriture exigeante », « dur et doux », « des phrases qui sonnent juste »

Marielle Gillet signe pour L’Avenir de Luxembourg un bel article consacré à Jules Boulard et son nouveau roman, Les naufragés de l’orage. « Emballant », « une écriture exigeante », « dur et doux », « des phrases qui sonnent juste »: les qualificatifs choisis par la journaliste parlent d’eux-mêmes!

Doublé d’une interview, cet article paru dans l’Avenir de Luxembourg le lundi 9/5 donne également la parole à l’auteur:   » J’ai gardé intacts les souvenirs de mon enfance en Ardenne où mes grands-parents, mes oncles et tantes vivaient de leur petite exploitation agricole. Leur travail me passionnait, je l’ai pratiqué chaque fois qu’ils me le permettaient. Qui plus est, la guerre, avec ses restrictions, avait obligé la paysannerie de ce temps-là à rétrograder dans ses pratiques… »

Les naufragés de l'orage - Jules BoulardExplorant de la dualité des sentiments d’après-guerre, Les naufragés de l’orage relate le difficile retour d’André Jamet dans son petit village d’Ardenne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Et met en lumière une période qu’aujourd’hui, on imagine -à tort- faite de bonheurs et de joies. Mais, comme le souligne Marielle Gillet, « les fureurs de la guerre n’ont pas cessé net quand les canons se sont tus. Il y a des « restes »… »

Partager :