Au coeur des couleurs de nos forêts

Philippe Moës, de Nassogne, et le peintre Yves Fagniart sortent un petit chef d’œuvre, sorte d’ode à la forêt et à ses habitants.

Il n’en est pas à son coup d’essai, le Nassognard Philippe Moës, 45 ans, agent du Département Nature et Forêt à la Région wallonne depuis vingt ans et qui mitraille la forêt avec son objectif depuis une trentaine d’années. Il est déjà l’auteur d’une petite dizaine de livres dans lesquels le décor a autant d’importance que l’animal lui-même. Au cœur des couleurs vient de sortir. C’est une compilation des meilleurs clichés naturalistes en concordance avec des aquarelles et croquis du peintre Fagniart.

M. Moës, après autant de livres sur les animaux, il y avait donc encore des choses à voir ?
Oui, c’est sûr, et des clichés qui se trouvent dan ce nouvel opus remontent jusqu’à quatre ou cinq ans. C’est un mélange de ce que j’ai pu photographier lors de ces cinq dernières années. JE ne voulais pas d’un livre où la nature apparaît tout au long des quatre saisons. Il y a assez de gens qui prennent des photos et font des albums sur ce thème. IL me fallait un fil rouge et l’idée des couleurs m’est vite apparue comme une évidence.

Au coeur des couleursPourquoi faire cohabiter des photos et des aquarelles ?
Au départ, j’avais prévu de sortir ce livre en solo, avec des clichés soigneusement conservés et d’autres que j’ai pris récemment. Et puis, Yves Fagniart -que je connais depuis un bout de temps- m’a proposé de s’associer à moi avec ses aquarelles et ses croquis. L’idée était dans l’air depuis quatre ans. C’était le bon moment . Il a fallu refaire une sélection des clichés pour qu’ils collent aux peintures et croquis, en ajouter d’autres. C’était un gros travail.

Et les textes ?
Ils sont de moi et sont à la fois des récits naturalistes et des haïkus ; j’adore cette poésie en une phrase, même sur certains clichés, j’ai un peu séché.

Sur lequel par exemple ?
Celui d’une petite chouette qui m’avait fait faire le pied de grue pendant des heures en début de soirée, pour que je puisse la voir sortir de son petit trou et se poser sur une branche. J’ai écrit en légende :
Soudain
Le rameau prend vie
Nyctalope.

Une interview de Philippe Carrozza, L’avenir de Luxembourg, 12/10/17.
http://www.lavenir.net/cnt/dmf20171011_01069205/au-coeur-des-couleurs-de-nos-forets

Au coeur des couleurs est disponible en librairie et sur notre e-shop :
https://www.weyrich-edition.be/au-coeur-des-couleurs

Partager :