À la découverte d’une époque méconnue

L’écrivain Pierre Stéphany raconte la petite et la grande histoire de la Belgique de l’entre-deux-guerres. Une passionnante chronique de la vie quotidienne.

Il existe un nombre incalculable de livres consacrés aux années des Première et Deuxième Guerres mondiales. Beaucoup plus rares en revanche sont les ouvrages consacrés à la période de l’entre-deux-guerres, une accalmie d’une vingtaine d’années entre deux sanglantes bou­cheries mais deux décennies importantes. Elles ont vécu un renversement incroyable des rapports de force internationaux, avec la chute des empires allemand, autrichien, russe et ottoman, la création de l’Union des Républiques socialistes soviétiques et la montée des États-Unis comme première puissance économique mondiale. Un tel bouleversement va entraîner la montée des idéo­logies communiste mais aussi fasciste et puis nazie. Mais cette période connaît aussi des progrès techniques et scientifiques ainsi que de grands changements culturels et sociaux (comme la création des congés payés en 1936, six jours de vacances rémunérés !).

Pierre Stéphany s’est attaché à retracer la vie quotidienne des Belges à travers les grands événements de l’époque. « Cette période, c’était celle de mon enfance et de ma jeunesse. J’en ai encore le souvenir intact », nous confie l’ancien journaliste de “La Meuse” et de “La Libre Belgique” aujourd’hui âgé de 92 ans, mais qui n’a pas remisé la plume pour autant. Il est l’auteur, au cours de sa longue carrière, d’une trentaine de livres à caractère historique, s’intéressant à l’occupation allemande, la période de la Régence, les années 50…

Cette chronique de la Belgique de l’entre-deux-guerres que nous évoquons aujourd’hui, il l’avait rédigée en 1983. Un ouvrage imposant et fort bien documenté devenu introuvable, que “Soir mag” et l’éditeur Olivier Weyrich ont eu la bonne idée de republier sous la forme d’une collection en six volumes, couvrant chronologiquement les vingt années d’entre-deux-guerres. « Cette période de mon enfance semble remonter aujourd’hui au Moyen Âge, mais elle a vécu une quantité de changements qui ont encore un impact aujourd’hui, notamment en matière de transports. Pourtant, mon père me disait à l’époque : “Que pourrait-on bien inventer de plus que ce que nous avons ?” Et c’était alors un monde sans téléphone, sans voiture personnelle ou déplacements en avion ! Tout ce qui a été mis en oeuvre depuis est vraiment étonnant. »

 

« IL JETAIT SES OS DE POULET SOUS LA TABLE ROYALE ! »

L’entre-deux-guerres, une période marquée par les nuages noirs de la crise économique de 1929 : « J’ai vu dans les rues des pauvres types qui faisaient la queue avec une boîte de conserve vide pour obtenir leur ration de soupe populaire. » Et puis il y eut, bien sûr, l’inexorable montée des périls : « La guerre, la population n’y croyait pas, intimement convaincue qu’on ne connaîtrait “plus jamais ça” ! » Une époque que l’écrivain estime pourtant plus facile qu’aujourd’hui. « Les choses étaient bien à leur place. Le dimanche, nous devions aller à la messe pour ne pas être en état de péché mortel qui nous aurait privés de la vie éternelle ! De la même manière, quand alors on adhérait aux idées du parti socialiste, c’était pour la vie. Le 11 novembre, nous allions dans le froid, les genoux nus, rendre hommage aux monuments aux morts. C’était en usage dans toutes les écoles. Aujourd’hui, on se sent moins lié à toutes ces traditions. Je ne dis surtout pas que c’était mieux avant, je ne veux pas porter de jugement sur une quelconque perte de valeurs. Je ne donne pas de leçons. La vie m’a appris à chercher à apprendre plutôt que de juger. Comme disait Montaigne : “Je n’enseigne pas, je raconte.” C’est exactement la démarche que j’ai adoptée dans cette série d’ouvrages. […]»

Article de Pierre De Vuyst paru dans Soir Mag le 6/12/17.

 

COLLECTION : “LA BELGIQUE DE L’ENTRE-DEUX-GUERRES”, par Pierre Stéphany, 6 volumes aux éd. Weyrich, 6,90 euros par livre (plus le prix du magazine).

1. Mercredi 13/12/2017 : “De l’Yser à la prospérité

2. Mercredi 20/12/2017 : “Quand le siècle n’avait que 20 ans

3. Mercredi 27/12/2017 : “A l’aube des grands bouleversements

4. Mercredi 03/01/2018 : “Le siècle en marche

5. Mercredi 10/01/2018 : “Drames et tragédies belges

6. Mercredi 17/01/2018 : “Le dernier été de la paix

Une collection en six volumes en vente avec votre “Soir mag” ds le 13 dŽécembre.

Rendez-vous le 13 dŽécembre en librairie !

Partager :